Chantier n°12

gif

gifVAUXgif
MONTLUCON
Chantier DRAC / SRA N° 7178 - Arrêté 2012/127

Historique : Au cours de l'année 2011,  des prospections sont entreprises dans le lit du Cher, sur la commune de VAUX. Certaines aboutissent à la découverte de dispositifs de pêche très anciens (cf Chantier n°7). En contre partie, des tronçons du lit du Cher ne peuvent pas être examinés correctement, ils sont couverts d'algues notamment des lentilles d'eau qui rendent impossible un examen correct des lieux. Cette année, il est décidé de reprendre en compte ces tronçons de rivière et de les réexaminer dans de bonnes conditions de visibilité.

17 Juin 2012 : Une prospection est reprise en deux vagues distinctes. Suivant le Chemin de La Cassine, une première vague de prospection est menée dans la zone de La Grave, et la seconde sur la zone des Laisses.

Les conditions : Temps couvert à ensoleillé, T° extérieure 23-24°C et la T° de l'eau était entre 16 et 17°C. Durant l'opération de prospection le débit du Cher a oscillé entre 15 et 16 M3 /s. Malgré qu'il n'y ait plus de lentille d'eau, la visibilité restait très moyenne.

photo
Aspect de la zone en 2011, elle est entièrement recouverte de lentilles d'eau. Il s'agit d'une partie du lit du Cher qui pourrait présenter un intérêt en raison d'un enrochement comportant des pierres taillées.  (digue ou autre ouvrage hydraulique?) Plusieurs bois avaient été remarqués mais sans pouvoir être plus précis.


photo
La même zone aujourd'hui, il n'y a plus de lentilles d'eau en raison du courant qui lui est assez présent.


photo
Prospection minutieuse de cet alignement de blocs en vue de trouver des pieux qui permettraient de dater  le dispositif qui pourrait être antérieur à 1750.


photo
Débriefing et échange d'avis, pas de pieu ou d'aménagement en bois.
Il fallait vérifier : c'est fait !


30 Juin 2012 : Le matin, une prospection est reprise à Montluçon pour commencer à hauteur du Quai de la Libération afin de compléter les recherches de l'an dernier qui avaient dû être suspendues en raison des contraintes de plongée (trop de courant et trop de végétaux aquatiques qui masquaient le fond). Cette année, la situation météo a ralenti la prolifération des herbes et a rendu possible la prospection de ce tronçon dans de meilleures conditions.

Les conditions: Temps couvert et même quelques gouttes de pluie au départ n'ont pas rebuté les plongeurs, ensuite le temp s'est très bien éclairci, T° extérieure 23-24°C et la T° de l'eau était d'environ 18°C.  La visibilité restait moyenne.


photo1
La zone en aval débutait à hauteur de la  Rue de Bouvine où des profondeurs de 3m ont été relevées le long de la rive gauche aménagée.


photo2
La zone amont se trouve au bout de la Rue des Aubéries.
Quelques plaques de béton et grosses pierres ont permis de repositionner une ancienne petite passerelle du XIXème qui fut provisoirement mise en place sur le Cher pour faire passer des wagonnets destinés à apporter des matériaux pour la construction de la gare de Montluçon.


photo3
Bienvenue au "P'tit nouveau" qui vient renforcer l'équipe de plongeurs en eaux troubles
gif


Changement de décor et de lieu l'après-midi, direction le Quai FOREY dans le centre de Montluçon. La zone de prospection se situe juste en aval des "pelles" au niveau du Pont St Jacques  jusqu'au petit barrage 150m plus bas. La luminosité du soleil à permis une prospection plus sereine et efficace.

photo4
Répartition des binômes sur la largeur de la rivière.


photo5
Face à un établissement de restauration, les plongeurs retrouvent le lit de la rivière sans trop de perturbations humaines et de modifications.


photo 6
Une découverte très intéressante et presque inespérée au départ, a ravi les plongeurs.

Il s'agit d'une zone bien délimitée
de blocs alignés. Ce dispositif vient en relation directe avec la voie pavée découverte en 2006 et 2007 entre le Pont St Jacques et le Pont St Pierre.

Cet alignement des blocs de fondation indique la position de ce passage antique dans la continuité des relevés précédents.


08 Juillet 2012 : Poursuite de la prospection dans le Cher dans la zone se situant derrière le Centre ATHANOR, face au Quai FOREY. Quelques vestiges industriels anciens seront découverts permettant de positionner des franchissements aujourd'hui disparus.

Les conditions: Temps couvert avec parfois des éclaircies, dés la mise à l'eau le débit de 13 M3/s augurait une prospection un peu sportive et cela malgré qu'elle se déroulait d'amont vers l'aval, il ne fallait pas se laisser embarquer par le courant et rater des éléments intéressants.  T° extérieure 23-24°C et la T° de l'eau était d'environ 19°C.  La visibilité restait  très moyenne au-delà d'un mètre de profondeur. Un vent assez froid et fort soufflait lors de la mise à l'eau mais il a rapidement  disparu avec une montée en T° due aux éclaircies.

photo7
La zone à étudier se situe juste derrière le Centre ATHANOR vers l'aval.


photo8
A la mise à l'eau, la présence d'un courant puissant fait tout d'abord craindre pour l'opération mais rapidement la difficulté se trouve surmontée et l'observation peut se faire comme prévu.


Photo9
Un pieu est découvert, il s'agit vraisemblablement d'un pieu de palplanche. Il est mis provisoirement hors de l'eau pour être coté avant de rejoindre ensuite le milieu humide . Le pieu qui mesure 2m70 est équipé d'un sabot ferré (lardoir) un peu particulier que nous n'avions pas encore rencontré.


Photo10
32 cm de long, très épais, le sabot est en forme de V.


photo11
L'épaisseur de ce pieu d'une douzaine de centimètres n'en fait pas un pieu de soutènement mais plus vraisemblablement une palplanche que l'on appelle aussi une lardoire.


photo12
Les vestiges d'une passerelle sont localisés. Il s'agit d'une passerelle du "petit chemin de fer à ficelle" qui alimentait en charbon, depuis Commentry, les Usines St Jacques à Montluçon mais aussi l'approvisionnement au départ du canal et donc de la gare d'eau toute proche.




Photo aérienne IGN du 26.07.1946
Photo14


Photo13
Après la sortie de l'eau de l'équipe, le niveau  d'eau est descendu d'une trentaine de centimètres et le débit est tombé à 7 M3/s, on voit nettement les 3 cylindres métalliques correspondant au pilier de la passerelle du petit train à ficelle.


Photo aérienne IGN du 29.06.1962.

Photo15


Photo16
Les vestiges de la passerelle des Biachets construite en 1885 pour permettre aux ouvriers  de Désertines de traverser le Cher pour aller travailler aux usines de la rive gauche.

Trop légère, elle fut emportée par la crue du 04 mai 1940.

photo17

passerelle
La passerelle des Biachets début XXème.


La prospection s'est arrêtée peu après la passerelle des Biachets, juste avant la passerelle de St Gobain. La profondeur devenant plus importante, la prospection reprendra vers l'aval avec des bouteilles de plongée et une équipe plus étoffée.


15 Juillet 2012 : Poursuite de la prospection dans le Cher dans la zone se situant en aval de la passerelle des Biachets. Initialement il était prévu de faire une prospection en bouteille sur 150m environ vers l'aval, puis à hauteur de la passerelle de la Glacerie ou passerelle St Gobain, le manque de profondeur devait impliquer une prospection à pied dans le lit du Cher.  Les 150 m prévus vont se révéler très intéressants et ils ont mobilisé le groupe de plongeurs pour la journée. Les objets découverts vont même imposer plusieurs journées de travail sur les sites. On peut parler d'au moins 2 sites distants d'environ 80m l'un de l'autre comportant tous deux des morceaux de meules.  L'un peut être mis en relation avec des pieux et le second comporte quant à lui des blocs taillés présentant des trous de louves ou des emplacements d'agrafes.

Les conditions: Temps couvert avec parfois des éclaircies, durant toute la journée le débit est resté à 1M3/s.  T° extérieure 23-24°C et la T° de l'eau était d'environ 19°C.  La visibilité restait  correcte  au-delà d'un mètre de profondeur surtout lorsque le soleil apparaissait par moment. Par rapport à d'autres plongées, les conditions étaient tout à fait acceptable, pas de courant ou juste assez pour évacuer les suspensions. L'évolution s'est faite entre 1m50 et 3m00 de profondeur, on a vu beaucoup de petits poissons dans les herbiers et un silure d'environ 80cm posé tranquillement au fond !

photo1
Quelques minutes après la mise à l'eau les premières trouvailles apparaissent, tout d'abord deux morceaux de meules hydrauliques vers le milieu du lit du Cher et vers la rive droite deux pieux érodés enfoncés dans le sol.


Photo2
Le premier site découvert présente des morceaux de meules vers le milieu du lit et un dispositif bois en rive droite.


Photo3
Vue depuis la Passerelle St Gobain vers  l'amont : le premier site est en haut vers le centre puis dans les arbres sur la gauche mais le second site se trouve matérialisé, un peu au-dessus de la digue de pierre.


Photo4
Après la pose déjeuner, organisation d'une vague de ratissage coordonnée. Sous les ordres d'Olivier, les plongeurs s'équipent de balises de marquage, s'alignent avec une main courante pour progresser sur une même ligne et s'arrêter au moindre indice.


photo5
Immersions simultanées en alignement.


Photo6
La technique d'alignement va payer et les découvertes d'artéfacts vont se multiplier sur une zone assez rapidement délimitée.


Photo7
Au fur et à mesure, les plongeurs installent des bouées de balisage sur chaque objet ou groupe d'objets pour mieux les localiser et les retrouver.


photo8
Le ratissage se poursuit mais le balisage mis en place permet de penser à un emplacement de moulin en raison de la présence de pierres de taille et plusieurs meules hydrauliques entières pour certaines et cassées et usées pour d'autres.

Il est évident que ce tronçon de rivière va mobiliser les plongeurs archéo pendant une bonne partie de l'été. Poursuite du balisage et relevés topographiques seront les prochaines actions sur les sites.


22 Juillet 2012 : Un effectif de 10 plongeurs va permettre de scinder le groupe en 3 équipes et de faire avancer simultanément les recherches.
Poursuite de la prospection dans certains secteurs de la zone étudiée, marquage des pièces et artéfacts précédemment découverts en vue de leur cartographie prochaine seront les démarches entreprisent aujourd'hui. Si la présence d'un moulin est certaine, d'autres secteurs proches laissent entrevoir eux aussi une activité humaine en rapport avec la rivière sur des périodes qu'il faudra déterminer et dater. La mission d'étiquetage des meules et autres pièces va permettre aux plongeurs de découvrir encore de nouvelles meules ou morceaux de meules portant le nombre à au moins 22 pièces se rapportant à notre site principal sans parler de quelques pièces de bois assemblées et attenantes qui devront être, elles aussi revues. Il apparaît d'embler, que ce site va mobiliser les plongeurs archéo pour une bonne partie de l'été compte tenu de son ampleur et de son intérêt. Il est découvert une série de pieux métalliques en rive droite juste en amont de la petite retenue d'eau bétonnée et moderne en aval du site, ces pieux peuvent être en rapport avec cet aménagement moderne. Un autre alignement de pieux en bois est aussi mis en évidence en rive droite en amont, lequel se trouve presque en vis à vis d'un autre site possible où ont été découverts 3 morceaux de meules, 80m en amont du site principal du moulin.


Les conditions: De belles éclaircies qui apportent un peu de luminosité dans l'eau mais la présence de turbidités et suspensions vont géner notamment pour la prise de clichés sous-marins. La T° de l'eau avoisine les 20°, la prospection et les travaux sont presques agréables ! Le débit du courant est de 1 M3/s c'est dire que les suspensions sont bien statiques.

photo1
Jalonnement des pièces découvertes et marquage individuel vont permettre de découvrir de nouvelles meules, les conditions d'éclairage étant à chaque fois différentes, la routine ne peut s'installer et les découvertes sont toujours là.


photo2
Il faut un oeil exercé pour voir l'oeillard d'une meule avec son dépôt de vase et les suspensions qui restent en place.


photo3
Chaque meule ou morceau de meule sont étiquetés individuellement pour pouvoir figurer, être positionnés et reportés sur le plan du site.


photo4
Une autre équipe étudie un alignement de pieux, juste en amont de la retenue d'eau. Ils se révèleront être métalliques et vraisemblablement en relation avec la construction de cet ouvrage moderne.


photo5
Balisage et jalonnement des pieux métalliques pour avoir une vue d'ensemble du système et ainsi mieux l'interprèter depuis la surface.


photo6
Au passage une palplanche est photographiée mais il s'agit d'un atterrissement.


Les recherches menées le 22 juillet ont permis de mieux appréhender l'ensemble de la zone et de déterminer les priorités pour les prochaines plongées.


29 Juillet 2012: Retour sur place mais cette fois avec une équipe réduite à 3 plongeurs. Moins de palmage et de turbulences et donc des observations plus fines et précises vont permettre la mise en évidence de particularités très intéressantes sur  le site principal du moulin. Ainsi un petit sondage au niveau de l'assemblage bois attenant au moulin, permet de découvrir un entrelac de bois (clayonnage) constitué de petites branches spécifiquement placées pour canaliser le flot de l'eau. Ce système peut se rapporter à une pêcherie ou à un canal d'amené ou autre dispositif permettant de guider et de gérer une installation hydraulique. Cette découverte est d'autant plus intéressante que ce type de petites branches ne se conserve pas trop sauf, et c'est le cas ici, si elles sont recouvertes par du sédiment ou du gravier qui les protège dans le temps. Toujours les bois autour de la zone principale du moulin, une poutre travaillée importante est découverte en limite de berge gauche et se dirigeant vers le clayonnage justement. Cette poutre mesure 5m de long, pour une largeur de 35cm environ mais surtout elle présente 4 mortaises perforantes significatives d'un dispositif d'assemblage en bois. Sur l'alignement de bois précédemment mentionné en amont en rive droite, deux nouveaux pieux enterrés sont rajoutés à la liste et un troisième morceau de meule vient compléter les deux précédents sur le site amont de la zone:  Belle moisson !

Les conditions: Elles sont idéales, temps très ensoleillé et T° de l'eau avoisinant 24° dans les zones peu profondes. Une relative bonne visibilité a permis des observations déterminantes.


photo1
Parfois une équipe importante est très intéressante pour la prospection et le cadrillage de zones importantes et dans d'autres cas une équipe restreinte est préférable pour du travail précis.
Mise en place du matériel de surface et des équipements individuels de plongée.



photo2
Sur l'un des blocs taillés sur le site du moulin, un  trou de louve caractéristique qui permettait la manipulation de bloc de cette taille.



photo3
L'oeil ou oeillard ou trou de l'axe d'une meule.  Sur le  site  se  sont  pas moins de 3 meules complètes qui ont été découvertes et 19 morceaux de différentes tailles et notamment beaucoup de demies meules.


photo4
L'oeil aiguisé non pas de la meule mais d'Olivier permet d'observer les vestiges d'un clayonnage attenant au moulin. (La flêche indique le Nord)


photo5
Clayonnage, nasse, il va falloir identifier le rôle de  cet aménagement avec au passage une probable datation en C14.


photo6
Sur le site, une poutre de 5m comportant 4 mortaises pourra peut-être elle aussi nous informer sur la datation du site.



photo7
Il était temps, l'un des pieux sur lesquels s'appuie le clayonnage, était descellé et menaçait de partir à la prochaine montée des eaux. Positionné, photographié in situ, il est récupéré par l'équipe.


photo8
Taillé en pointe, ce pieu ne devait pas entrer dans la structure de construction du bâtiment du moulin mais plutôt dans ses aménagements annexes.


photo9
On distingue nettement une meilleure conservation de la pointe sur les 60 cm de son enfouissement. A contrario, la partie exposée est fortement érodée. Mais restons confiants sur la capacité de ce pieu à renseigner les archéologues sur la datation de sa mise en place possible.

Les travaux et investigations sur ce site ne sont pas terminés, les découvertes de ce 29 juillet nous ont mis l'eau à la bouche pour étudier ce moulin très bien conservé si l'on veut bien considérer qu'il paraît très ancien et n'était pas connu. Cette découverte va, une nouvelle fois, étoffer l'Histoire locale montluçonnaise.


23 août 2012: Opération importante aujourd'hui qui consistait à procéder au relevé topographique du site, et des pièces découvertes sur place. A l'invitation de la Commission Archéo, Eric YENY, plongeur et archéologue professionnel auprès du Service Départemental d'Archéologie Préventive du Département de l'Allier a bien voulu répondre à la sollicitation et apporter son concours en qualité de topographe pour réaliser le relevé du site. Cette démarche aura pour intérêt de positionner chaque artéfact sur le croquis et plan du site pour essayer de comprendre son organisation avec des points topographiques précis qui pourront être rapportés aux plans  déjà  existants.  Il n'en reste pas moins une difficulté que nous avons soulevée sur site : il est possible que nous soyons en présence de plusieurs sites tout proches l'un de l'autre d'où l'importance de ce relevé pour connaître la configuration de chaque zone. En archéologie terrestre, il est souvent aisé de faire des photos aériennes pour mieux comprendre un ensemble structuré, sous l'eau ce sera l'exactitude des relevés topographiques qui fera sa bonne compréhension. 


Les conditions: Très chaud ! Pas autant que ces derniers jours caniculaires mais un grand soleil qui donnait une visibilité intéressante et une T° de l'eau très agréable, bref, une plongée longue mais agréable (enfin pour ceux qui ont pu se mettre à l'eau !!)


photo1
Première chose, remettre en surface les bouées immergées de la dernière sortie. Là encore la visibilité permet de rallonger la liste des meules portant ainsi le nombre à près d'une trentaine de pièces.


photo2
Contrôle des positions  des meules et des pièces de bois sur les croquis déjà réalisés.


gif
Grosse et longue journée mais la  motivation est toujours là, n'est ce pas Joëlle !


gif
Il y a tellement de choses à relever qu'il faudra pratiquement  2 heures pour remettre en place le balisage sur le site.


photo5
Au fur et à mesure, les bouées réapparaissent et le site reprend sa position visible en surface.


photo6
Une zone juste en amont du site principal, zone qui comporte plusieurs pieux immergés qui faut prendre en compte.


photo7
Explications et échanges d'idées sur la configuration des lieux.


photo8
Eric sous son chapeau de brousse cale ses appareils pour réaliser ses relevés.


photo9
Après plus d'une cinquantaine de points relevés patiemment, la récompense viendra pour notre topographe qui ira voir "in situ" les meules et blocs relevés dans une eau rafraichissante.
Merci Eric
gif


photo10
Mais en attendant, il faut positionner chaque objet avec la  canne et son prisme. Certains objets sont à la limite avec une profondeur à 2m20 pour une canne de 2m50.


Photo11
Deux plongeurs ne sont pas de trop pour les zones profondes, un plongeur maintient la canne au fond sur la meule et le second tente d'aligner le prisme vers le théodolite du topographe.


Photo12
Et quand cela suffit pas, il reste les gestes pour communiquer.





Lire le résumé scientifique de ce chantier gif
retour à l'accueiltete