Chantier n°11

gif

GIFST VICTORGIF
MONTLUCON
VAUX
ESTIVAREILLES

Chantier DRAC/SRA n° 6897  arrêté 2011/163

Historique: Juillet 2009 une prospection est réalisée dans le Cher sur la commune de ST VICTOR. Il est découvert un alignement de pieux le long de la berge en rive droite. Il est avancé qu'il s'agit d'une pêcherie à la forme classique en entonnoir des gords. Elle est orientée pour un piégeage de poissons remontant vers l’amont. Très dégradée, recouverte en partie par les gravats d’une centrale à béton limitrophe, en aval proche d’un empierrement de rive provoquant l’enfoncement du lit du Cher, il n’en reste qu’une aile et 15 pieux.
Une analyse en 14C indiquera que le dispositif remonte à la période mérovingienne. Et comme cela a déjà été constaté à diverses reprises, cette pêcherie aujourd'hui prise partiellement dans la berge devait, à l'époque, être en pleine eau.

Juin 2011 : Il est décidé de retourner sur le site de cette pêcherie, de refaire le point et voir si les dernières crues n'auraient pas mis au jour des nouveaux pieux. Surprise pour les plongeurs concernant cette dernière supposition. En effet, sur les 15 pieux relevés en 2009, plus d'un douzaine ont disparu ! Pourtant bien imbriqués que la berge, cette dernière s'est retrouvée ravinée et érodée par le courant. Mais la déconvenue passée, les plongeurs découvrent un dispositif  attenant à la pêcherie. Il s'agit semble-t-il d'un assemblage bois en rapport avec la pêcherie, celui-ci était enterré et submergé et donc invisible en 2009.
STVIC1
A première vue, les nouveaux bois ne sont pas du type des pieux ayant fonction de pêcherie. On peut penser à un bâtiment effondré.

STVIC2
Plusieurs bois assemblés sont présents, certains présentent des tenons et mortaises.

STVIC3
Poutre travaillée avec mortaise et tenon qui dépasse.


STVIC4
Assemblage attenant à la Pêcherie.



Historique:
Juillet 2010 une prospection est menée sur Montluçon entre la passerelle métallique du Quai Turgot et le Pont du Châtelet (chantier n°7). Il est découvert  une poutre en bois travaillée, partiellement enfouie dans le lit de la rivière. Elle se situe à plusieurs dizaines de mètres de la rive droite sensiblement vers la milieu du Cher tel que nous le connaissons aujourd'hui. Plusieurs questions se posent en l'état, est-elle en place? De quand date-t-elle? Et bien sûr de quoi s'agit-il ?
En 2010 toujours, il est décidé avec autorisation de procéder à un prélèvement de bois sur cet objet en vue de faire réaliser une datation au radiocarbone 14C. L’analyse indique que cette pièce de construction date du Haut Moyen Âge (MKL 636 Date 14C calibrée: 720-900 après J.C.).
Cette réponse nous ramène à l'époque carolingienne assez peu connue de Montluçon et cela attise une fois de plus l'attention des plongeurs.
Il est décidé de retourner sur le site en 2011.

Juillet 2011 : 6 Plongeurs se mettent à l'eau et prospectent pour retrouver cette poutre avec les points de repères externes pris l'année précédente. La relation repères aériens et repères sous l'eau se revèle très vite perturbée.  Les crues ou fortes eaux ont modifié un peu le fond. Avec une turbidité assez forte, il faudra plus d'une heure pour retrouver la poutre, mais ces modifications auront un gros avantage qui iront dans le sens des plongeurs.
En effet en recherchant et en trouvant la poutre, l'équipe découvre dans sa zone immédiate, deux pieux enfoncés dans le lit dépassant à peine du gravier, et une autre poutre assez longue. Tout ce dispositif se trouve réunit dans une zone de quelques mètres carrés indiquant que la découverte est en  place.
Un ouvrage hydraulique (moulin ?!) de l'époque carolingienne sur Montluçon se revèle être un indice nouveau pour l'histoire locale.


 
CHATELET
Aujourd'hui l'emplacement du site se trouve au milieu du Cher.
A l'époque carolingienne, la rivière devait couler différemment.
poutre
L'opération de cette année permet de dire que la poutre est en place grace à une seconde poutre et deux pieux trouvés juste à côté. Ces pièces indiquent la présence d'un ouvrage hydraulique.


Montluçon 12 août 2011

Août 2011 : Un tronçon restait à prospecter sur la zone que nous baptisons Montluçon-Ville. Il s'agit de la partie couvrant l'emplacement du Moulin de la Roche c'est à dire entre l'aval du Pont des Isles et l'amont du Pont du Chemin de Fer. Le point départ de cette plongée se situe sensiblement à l'entrée du Bief du Moulin  où aujourd'hui on peut encore apercevoir deux pieux émergeants en période de basses eaux au milieu du lit du Cher. L'emplacement connu de ce moulin sera confirmé par la présence de plusieurs pieux et de blocs taillés découverts le long de la rive gauche. Le cadastre ancien indique la présence d'un habitat en ruines sur la rive correspondant à la maison du meunier, le moulin quant lui a déjà disparu au début du XIXème et n'est déjà plus mentionné.
Aucune découverte significative n'a été faite hormis les dispositions que nous ne connaissions déjà (Moulin de la Roche).

Conditions de Plongée : Mise à l'eau sans difficulté dans la zone souhaitée avec des rampes d'accès facilitant l'approche de la rivière. La profondeur varie de 30 cm à 3m dans certains trous un peu en aval du moulin. La couverture nuageuse dense en début de plongée laissera la place à un ciel dégagé et du soleil qui viendra aider un peu à la luminosté. La plongée s'est déroulée avec un débit constant de 1 M
3/s.
Les suspensions dans l'eau rendaient difficile voire impossible la visibilité dans les trous de 3m. La température de l'eau était de 20°C

PHOTO1
La zone avale à prospecter.


PHOTO2
Les pierres et blocs affleurant indiquent l'emplacement de l'ancien Moulin de la Roche, un peu après la profondeur passe à 3m.


PHOTO3
Mise à l'eau au niveau du Bief de l'ancien moulin, des pieux sont encore visibles au milieu du Cher.


VAUX 04 septembre 2011

04 septembre 2011 : Il est décider de poursuivre la prospection du lit du Cher en Aval de la zone de la Magieure sur les communes de VAUX et ESTIVAREILLES jusqu'à la retenue d'eau de La Mitte. Cette opération va laisser les plongeurs un peu dubitatifs. En effet,  les basses eaux  engendrent  le développement de lentilles d'eau  et  la mise au sec de bancs de sable et surtout de vase sur lesquels il est difficile de marcher. Malgré un temps ensoleillé, les rayons du soleil pénétrent difficilement sous les lentilles et autres algues  qui prolifèrent. Il est probable que cette prospection  soit reconduite à une autre période pour être certain de ne pas râter des sites potentiels masqués pour les raisons invoquées.

Conditions de plongée : Temps ensoleillé, température de l'eau encore proche des 20° mais déplacements difficiles en raison de manque de courant et des algues présentes et des suspensions stagnantes. La profondeur était variable de quelques centimètres à un peu plus de 2m avec un débit de courant noté à 1 M3/s.

Mitte1
Pratiquement pas de courant et prolifération d'algues.


Mitte2
Qu'elle soit de surface ou sous l'eau, l'observation est difficile.


Mitte3
Compliqué de prospecter systèmatiquement le lit du Cher en cette période.

Mitte4
La zone est assez sauvage prés de sablières abandonnées.


Mitte5
En rive gauche, apparait un alignement de blocs  qui paraissent avoir été mis volontairement.


Mitte6
En rive droite, en vis à vis, apparaissent également des blocs rapportés.



Mitte7
Dans la même zone apparaissent des pieux sans que l'on sache pour le moment s'ils sont en relation avec l'aménagment des deux rives.


Mitte8
Ces bois immergés vont mériter une étude particulière pour en comprendre la fonction.

Mitte9
Toujours dans le même secteur, un pieu trouvé couché au sol, impossible de dire s'il est en place ou s'il a dérivé.


Mitte10
Ce pieu présente un aménagement.


Mitte11
Légèrement en amont du barrage de La Mitte en pleine eau, un rocher est découvert, présentant une sorte d'encoche circulaire non naturelle indiquant qu'il a pu être utilisé pour retenir un cordage peut-être en rapport avec un amarrage de bac par le passé.


Mitte12
De forme conique, sa position aujourd'hui n'est peut-être pas logique, les aménagements des prises d'eau et du barrage de La Mitte ont profondément modifié le lit du Cher et son tracé.


Mitte13
L'encoche dans le rocher est plus évidente sous cet angle.



MONTLUCON  27 Septembre 2011

27 septembre 2011 : Retour sur le Gué de Bedet à Montluçon en amont du Pont des Îles,  en  juin  2009, l'équipe  avait découvert  plusieurs  pieux  plantés dans le lit du  Cher,  une vingtaine de mètre en aval du gué. Ces pieux se positionnaient essentiellement en rive gauche. Les nouvelles vérifications constitaient à procéder à un prélèvement de l'un de ces pieux en vue d'une datation par le Carbone14, pour connaître la période de mise en place. Cette opération se révélera encore plus intéressante que prévue  puisqu'un nouveau pieu est découvert en plein alignement des premiers trouvés nous orientant plus sûrement vers un possible franchissement complet.

Conditions de plongée : Peu d'eau, temps ensoleillé et bonne visibilité ont rendu cette observation assez facile.


Bedet1
Retrouver les pieux de 2009 n'a posé aucune difficulté.


Bedet2
Le nouveau pieu découvert nous amènent sur la rive d'en face indiquant un possible franchissement.


Bedet3
Les pieux sont alignés, ont la même érosion et sont rattachable au même aménagement.


BEDET4
Le prélèvement de pieu a été réalisé. Le bois est apparu clair et les cernes assez larges. Nous pourrions ne pas être en présence de chêne mais plutôt un bois blanc. L'analyse nous confirmera la nature de l'essence.


Lire le résumé scientifique de ce chantier gif
retour  accueil  tete